New Zealand’s International Yoga Festival à Auckland

New Zealand’s International Yoga Festival

à Auckland

Contributed by French Contributor – Ysis Quillivic

Nous sommes le samedi 23 février 2019, et je débarque au New Zealand’s International Yoga Festival à Auckland. Festival de musique ? Déjà fait. Festival de cinéma ? Déjà fait. Festival de yoga ? Déj… non, autant pour moi, c’est ma toute première expérience.

Ce n’est pas une journée comme nous avons eu il y a quelques jours où les hautes températures étaient au rendez-vous. Non, le ciel est gris, et il fait plutôt froid. J’ai même mis un manteau, – première fois depuis que je suis arrivée en Nouvelle-Zélande – c’est pour dire !

Comme tu le penses bien, un festival de yoga n’est ni brusque, ni violent ou ni agité, non tout est calme, doux, zen et sous le signe de la bienveillance. Et malgré des conditions climatiques pas au top, dès l’entrée tu ressens comme une vague de chaleur. Les gens ne sont pas là pour se prendre la tête mais pour profiter de l’ouverture des autres, apporter des connaissances et des bonnes ondes. Tout le monde ici n’est que positivité. C’est un sentiment que tu as à l’arrivée, jusqu’au départ. Les sourires sont sur tous les visages et la paix règne. Il n’y a aucune agressivité et les conversations sont intéressantes. C’est agréable car tu te sens vraiment bien, l’énergie des personnes que tu croises te rend radieux et léger.

La journée commence bien, corps et esprit sont en parfaite harmonie. Seul petit problème, mon ventre crie famine. Être végétarien, c’est très souvent compliqué – qui plus est dans un pays de grands mangeurs de viande. Dans les festivals, tu n’as pas d’autre choix que de manger la même chose tous les jours. Sur tous les stands de nourriture présents aux événements, tu vas en avoir un qui te propose une option végé. Et encore, c’est juste un vieux sandwich au fromage – qui va te coûter un bras. Imagine la galère pour les vegans ou les intolérants au gluten.

Alors quel bonheur d’arriver dans un endroit tel que celui-ci, d’hésiter pendant des heures car tu peux tout manger, sans exception. Tu veux un burger ? Pas de soucis, promis tu n’auras pas que du pain et de la salade. Tu veux une tarte ? Pas de soucis : champignons ou patate douce, farine de blé ou farine de pois-chiche, etc. Tu veux une glace mais tu es allergique au lactose ? Viens jeter un coup d’œil au foodtruck qui confectionne des magnums à base d’avocats, de noix de coco et de chocolat. Je pourrais citer encore pleins d’autres exemples tellement l’étalage est grand.

C’est un plaisir de savoir que tu auras l’occasion de bien te nourrir, malgré tes demandes particulières et même loin de chez toi.

Plus loin, des boutiques vendent bijoux, vêtements, huiles, … D’autres stands mettent en avant différents services : méditation, massages spécifiques, formations de yoga, etc. Tu peux écouter des concerts, participer à des scènes libres (open mic), aller à des conférences, découvrirmultitude de style de yoga, ou encore t’informer sur comment devenir professeur de yoga.

Il y a tellement de choses à faire, c’est fou !

Pendant cette journée d’expérience, je suis témoin d’un cours merveilleux par Biodanza. J’arrive sous cette tente complètement par hasard et je tombe sur un spectacle magique.

Nous le savons tous, la musique est universelle : dans n’importe quel pays et ce depuis toujours, les gens dansent et écoutent de la musique. Elle est sacrée et souvent mêlée à des traditions. Comme je l’ai déjà constaté et comme je le vois maintenant, elle rapproche tout le monde.

La leçon n’est pas compliquée ; sous forme de petits exercices, avec des musiques bien différentes (Queen, Gipsy Kings, Nación Ekeko, …), les gens se laissent aller et s’amusent sans peur d’être jugés par les autres. Ils dansent seuls, à deux ou tous ensemble, pas de timidité, tout le monde se lâche. Une ambiance délivrante qui détend, qui fait oublier le boulot, les tracas de la vie. Même sans participer directement, juste en regardant des gens danser, sauter, rire ensemble sans a prioris, c’est très instructif et te permet de relativiser sur beaucoup de choses. Ces personnes ne se connaissent pas, et pourtant, à cet instant, je ressens un lien qui les lie tous. Les âges, les genres, les nationalités, les métiers, les envies divergent, la danse réunit. Je me suis retrouvée dans un espace qui m’a libérée et qui m’a permise d’être en paix avec moi-même pour un certain temps. Tu t’engouffres dans un tourbillon de compassion et d’amour.

Nous donnons beaucoup de place à l’amour de la famille, l’amour des amis mais nous oublions très souvent l’amour des inconnus. Un amour qui, comme je le vois dans ce lieu, est tout aussi important. Ces personnes pleines d’énergie positive te permettent d’avancer d’une autre manière que tes proches. Tu ne t’en rends compte que lorsque tu le vis.

Avec la musique, cette vague de bonté, ces danseurs s’enlacent un par un.

Des mains se lient. Des larmes sont présentes sur plusieurs joues. Même mes yeux sont humides alors que je ne suis que spectatrice.

J’ai l’impression de me faire bombarder de merveilleux sentiments…

Le cours se finit sur une dernière musique. Tout le monde sort de la tente et danse comme si c’était la dernière fois. Le reste des festivaliers est venu les observer, mais rien ne les arrête. Les rires fusent et la détente est générale.

C’est la fin de cette sacrée expérience.

C’est une magnifique première fois qui se termine par un épuisement physique et émotionnel. J’ai passé ma journée à recevoir beaucoup d’énergies et d’ondes, c’est épuisant. L’atmosphère de cet énorme cocon n’était qu’amour, un amour qui te faire sentir vivant.

Merci à Susan de m’avoir fait découvrir une telle aventure et merci à tous ces gens d’une gentillesse inouïe de m’avoir accueillie dans ce cercle de paix.

Ysis aka Zee is currently in New Zealand as a WWOOFer (Willing Worker On Organic Farms). She is an avid writer and photographer. You can contact her:
ysis.quillivic@gmail.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *